LA BIELLE D’UN MOTEUR

medo 5 janvier 2020 Aucun commentaire

LA BIELLE D’UN MOTEUR

1)     Définition :

La bielle est l’organe qui participe à la transformation du mouvement alternatif du piston, en mouvement circulaire du vilebrequin.

Pour cela la bielle doit :

–          Etre très rigide pour ne pas se déformer lors de la pression exercée par la combustion.

–          Etre d’un poids identique sur un même moteur (il existe des classes de poids chez certains constructeurs).

2)     Conception :

–          En générale, en acier au Nickel-chrome.

–          En compétition, des alliages plus légers, à base de Titane par exemple.

3)     Description :

La bielle se compose de trois parties :

  • Le pied :

–          C’est la liaison entre la bielle et le piston.

–          Il est percé et alésé en cas d’axe serré dans la bielle.

–          Il est percé et alésé avec une bague en bronze en cas d’axe libre dans la bielle ; la bague est alors percé pour assurer la lubrification de l’axe.

  • Le corps :

–          Il assure la rigidité de la pièce.

–          Il est généralement de section en forme de H, croissant du pied vers la tête.

  • La tête :

–          C’est la liaison avec le vilebrequin (au niveau des manetons).

–          Elle comporte deux parties :

  1.             L’une solidaire du corps de bielle (la tête).
  2.             L’autre rapporté (le chapeau), ce dernier est généralement fixé par des boulons et des écrous auto-serreurs. La coupe peut être droite ou oblique par rapport à l’axe de la bielle.

–          Pour permettre le «tourbillonnement » sur le vilebrequin.

On peut utiliser :

  1.             Soit des coussinets minces (s’ils fondent, on a coulé la bielle).
  2.             Soit des roulements (petit moteur).

Remarque :

–          Les coussinets minces permettent une bonne longévité et une bonne conductibilité. Ils se présentent sous la forme d’un support en acier, laminé à froid, moulé en ½ cercle, recouvert d’une fine couche (0.05 à 0.35 mm) de métal antifriction : régule (à base de plomb ou l’étain) d’alliage d’aluminium-étain.

–          Cas d’un moteur en V : 2 bielles sont mêlées au même maneton. Généralement, pour gagner en encombrement, les bielles ne sont pas symétriques : il en résulte un sens montage des bielles.